TOUTE LA VÉRITÉ, RIEN QUE LA VÉRITÉ

Hello tout le monde !

Vous devez sûrement vous demander « Mais qui c’est celle-là ? », « Elle est encore vivante ? » je comprends tout à fait, il faut dire que ça fait tout de même 6 mois que je suis MIA (missing in action, portée disparu pour la traduction). Après autant de temps sans vous écrire, je n’allais bien entendu pas revenir comme ça, comme si de rien n’était sans vous donner d’explications.

Ces derniers mois n’ont pas été très évidents pour moi, le travail que je faisais me prenait beaucoup de temps et ne me permettait pas de m’épanouir autant que je le souhaitais. Pire, il me poussait constamment à me remettre en question, je doutais de mes compétences, mais aussi de la personne que j’étais…

 

LA DESCENTE

Le travail est une notion que mes parents m’ont inculquée très jeune. La gratification personnelle, l’indépendance financière, l’ambition… Dès l’âge de 16 ans lorsque j’ai pu travailler, je l’ai fait : baby-sitting, ménage, hôtesse d’accueil (même pas peur !).

Je me souviens encore de ma première fiche de paie : cet été là, je ne partais pas en vacances et j’avais pris un petit boulot de 2 mois dans un hôtel situé dans le Marais. Lorsque j’ai encaissé mon chèque, j’ai couru chez Darty m’offrir mon Motorola RAZR V3! (tapez-le dans Google, je suis sûr que vous le connaissez) Qu’est-ce que j’ai pu l’aimer ce téléphone…

Nouvel emploi, nouvelle ambition, nouvelle perspective et là, la douche froide : des journées à rallonges, aucune reconnaissance, ambiance pesante et pression à gogo…

Plus envie de rien, de sortir, de voir mes amis… Je m’en voulais de m’être mise toute dans cette situation : en y regardant de plus près plusieurs signes pouvaient me laisser présager ce qui allait se passer, mais j’étais tellement heureuse d’avoir obtenu le poste que j’étais trop aveuglé pour voir la réalité en face.

J’étais en colère contre moi et aussi envers mes proches : « Si tu arrêtes, tu vas le regretter »« Tiens jusqu’au bout, c’est bientôt la fin » J’en avais marre d’entendre dire que j’étais forte et que je pouvais tenir, ils ne comprenaient rien, ils n’étaient pas à ma place… Tout ce que je voulais moi, c’était me libérer…

Pourquoi continuer ? Pourquoi est-ce que je devrais infliger cela ?

 

REBONDIR

2 jours après avoir terminé mon contrat, je m’envolais pour le Burkina… La famille, les amis, la nourriture, la terre rouge, la bouffée de chaleur qui vous frappe en sortant de l’avion tout ça m’avait tellement manqué ! Pendant mon court séjour, j’ai pu renouer avec mon pays, me ressourcer, prendre toutes les ondes positives et relativiser…

J’ai aussi du recul et me rendre compte qu’il y avait bien plus important dans la vie et que le travail ne détermine pas la personne que nous sommes…

S’il y a bien une chose que m’aura fait comprendre cette expérience, c’est qu’il faut savoir tirer les bonnes leçons de nos mauvaises expériences. Au finale, elle m’a permis de grandir et d’en apprendre sur moi. Sur ma ténacité, ma résistance et ma force ! Si c’était à refaire, je ne vais pas vous cacher que j’y réfléchirai à 2 fois, mais je suis fière d’être allée jusqu’au bout.

Depuis mon retour, je prends du temps pour moi, je fais les choses qui me plaisent et je recherche tranquillement du travail. Désormais, je sais ce que je veux et surtout ce que je ne veux pas.

Ce temps d’absence m’a également permis de me rendre compte qu’écrire m’avait manqué et le soutien de plusieurs personnes m’a encouragé à bloguer de nouveau. Alors me voici de nouveau, après tout ce temps encore plus motivé que jamais !

Je reviens avec plusieurs articles, de nouveaux thèmes et pleins d’amour à partager avec vous.

Tags from the story
, , ,

Laisser un commentaire